• Election à la présidence des Républicains
    Guillaume Larrivé
    Retrouvons la fierté de militer, la capacité de convaincre et l’espoir de gagner !
  • Actualités / Média
    Les Républicains doivent devenir le grand mouvement populaire de l’après-Macron
    Lire la suite
  • Idées
    Non à l’accord UE-Mercosur
    Lire la suite

Gardons le contact !

Pour tout savoir sur la #campagne et vous impliquer.

🇫🇷 VOUS AVEZ LE CHOIX ! PRENONS LE POUVOIR !

Guillaume Larrivé, député de l'Yonne

Dans moins d’un mois, le 12 octobre, c’est vous qui déciderez de l’avenir des Républicains.

Il paraît que cette élection est jouée d’avance. De grands notables, qui nous ont menés dans le mur depuis tant d’années, vous conseillent de ne surtout rien changer, car il faudrait être « consensuel ». Tous les médias répètent qu’il y a un « favori ». Méfiance ! Et si le système avait intérêt à ce que rien ne change, pour mieux enterrer LR ?

Je vous pose la question : stop ou encore ? On continue à subir les défaites ? On essaie de rafistoler le bateau qui coule ? On fait semblant de ne pas voir qu’Emmanuel Macron a fait exploser le paysage politique ? On met la tête dans le sable en ne voyant pas que Marion Maréchal prépare déjà l’après-Le Pen ? On se réfugie dans la nostalgie, en espérant refaire l’UMP d’hier ou le RPR d’avant-hier ?

Je ne veux pas faire semblant d’applaudir en attendant le prochain désastre électoral. Je n’ai pas envie que l’on se réveille à l’été 2022 après une troisième défaite à l’élection présidentielle. Et je ne veux pas qu’on mette les problèmes sous le tapis.
Il y a urgence. C’est maintenant qu’il faut transformer les Républicains, si on veut avoir une chance de gouverner la France demain.

C’est nécessaire. Et je crois que c’est possible. A condition de changer profondément.

Ne nous résignons pas ! Je vous propose de rompre avec une décennie d’échecs.

Dans le monde du 21ème siècle, soyons le parti de la France libre.
 
  • Oui, nous voulons que la France reste la France. Arrêt de l’immigration de masse, suspension du regroupement familial, expulsion des délinquants étrangers, suppression du droit du sol, lutte contre l’islamisation, affirmation de la laïcité : ne nous excusons pas de défendre notre civilisation et notre art de vivre.
 
  • Oui, nous voulons que la France soit une puissance européenne et mondiale : nous n’avons pas une vocation de vassal ! Face aux menaces sécuritaires, à la mondialisation du djihadisme et au réarmement des puissances autoritaires, assumons de réarmer notre Etat-Nation. A l’heure où le capitalisme bascule vers l’Asie et le Pacifique, affirmons une stratégie d’innovation et de conquête pour nos entreprises, nos industries, notre agriculture.
 
  • Oui, nous sommes le parti de la liberté. Nous devons être concrètement aux côtés des entrepreneurs, des travailleurs, des créateurs d’emplois et de richesses. Nous devrons faire reculer la bureaucratie et diminuer intelligemment les dépenses publiques, pour réussir enfin à baisser les impôts des classes moyennes. Nous devons en finir avec le système du RSA, en redéployant les 55 milliards d’euros qui y sont consacrés, en trois tiers : une allocation de solidarité nationale, concentrée sur les Français d’âge actif qui sont vraiment dans l’incapacité de travailler ; une augmentation des aides aux personnes handicapées et aux personnes âgées qui vivent en dessous du seuil de pauvreté ; une baisse d’impôts.
 
  • Oui, nous défendons la dignité de la personne humaine. Nous refusons les dérives anti-humanistes qui confondent la technique et le progrès. Nous devons assumer, au Parlement, de refuser la PMA sans père. Nous devons nous opposer totalement à la marchandisation du corps humain.
 
  • Oui, nous devons inventer une écologie respectueuse des Français. Nous avons compris que la planète est en danger. Mais nous ne pensons pas qu’il faudrait faire régresser l’humanité et, chez nous, rationner les Français. Plutôt que de punir l’ouvrier français qui fait un plein de gazoil, battons-nous pour une « barrière écologique », cessons d’importer des produits fabriqués dans des pays qui ne respectent pas l’environnement. Agissons de manière raisonnable et responsable, en faisant confiance aux acteurs de terrain.
 
  • Oui, nous tenons à l’unité nationale. Nous voulons des chances égales pour les Français des campagnes comme pour les Français des villes, nous ne voulons pas que la France soit un archipel éclaté entre des métropoles mondialisées et une périphérie abandonnée, privée de médecins, de transports, de services.
 
 
Ayons à nouveau une belle ambition collective.

Ce sera notre projet. Pour tous les Français qui aiment la France !

Vivent les Républicains


me suivre
Le Figaro Edition du 3 septembre 2019

L’histoire de LR n’est pas finie

Extrait de l'article paru dans le Figaro le 3 septembre 2019